Retrouvez ici toute l'actualité concernant les parutions, les événements de Pierre Moustiers

Le dernier mot du roi

S'appuyant sur les écrits de l'historien français Philippe de Commynes, Pierre Moustiers choisit de raconter au présent les derniers mois du règne de Louis XI. On ne peut s'empècher de faire une comparaison avec notre siècle. A méditer.

EXTRAITS DE PRESSE (ordre chronologique)

  • "L'ambition de ce livre est considérable : les derniers jours de Louis XI, misères et splendeurs d'un règne".
    Michel Tournier (10 avril 2003)
  • "... l'expression d'une gravité et d'une profondeur qui relèvent chez l'auteur d'une interrogation authentique".
    Jean Guy Soumy Populaire du Centre" (18 avril 2003)
  • "Moustiers est un romancier qui invente à sa tête et à sa main. Avec quelle habileté !".
    François Nourissier:"Le Figaro Magazine" (26 avril 2003)
  • "On saluera l'extraordinaire justesse de plume de cet auteur hors du commun et des modes".
    Patrick Lorenzini:"Nice Matin" (27 avril 2003)
  • "Il fallait à Pierre Moustiers un personnage de l'envergure de Louis XI pour passer du roman à l'Histoire".
    Jean Contrucci:"La Provence" (27 avril 2003)
  • "Dans ce livre se cache une extraordinaire force d'humanité".
    Jacques Lovichi:"La Marseillaise" (27 avril 2003)
  • "Avec une écriture magistrale Pierre Moustiers raconte la mort de Louis XI comme si c'était aujourd'hui".
    Françoise Xenakis: "Télématin" (2 mai 2003)
  • "Quel admirable portrait !Louis XI a ici une présence saisissante dans sa grandeur tragique jusqu'à la dernière page".
    Bruno d'Epenoux:"Télé Z"(6 mai 2003)
  • "Il y a là de grandes vérités universelles, le destin d'un homme, la fragilité de la vie, la force du pouvoir, le sens de l'histoire et le goût de construire une nation. Enfin, de la littérature, de la vraie".
    Jacqueline Dana:"Arts Actualités Magazine" (7 mai 2003)
  • "C'est aussi merveilleusement écrit que passionnant".
    Marie Delarue:"National Hebdo" (8 mai 2003)
  • "Un beau texte profond à l'érudition subtile".
    P.J. Catinchi:"Le Monde" (9 mai 2003)
  • "Ce beau livre se lit comme une légende".
    Roger Bichelberger:"Le Républicain Lorrain" (18 mai 2003)
  • "Pierre Moustiers montre avec sa finesse de style et d'analyse que peu importe le rang du roi dans la suite des rois. Unfort beau livre".
    Lucien Guissard :"La Croix" (22 mai 2003)
  • "Pierre Moustiers signe un roman grave et beau, intense et léger... preuve supplémentaire de son extraordinaire talent".
    François Billes Dauphiné Libéré" (25 mai 2003)
  • "Frémissant d'intelligence et d'émotion... une finesse de vue, une sagacité historique tout à fait remarquables. Homme d'aujourd'hui, Moustiers ne récrit pas l'Histoire. Il l'investit en romancier".
    Jean Claude Lebrun: "L'Humanité" (29 mai 2003)
  • "Pierre Moustiers s'investit dans le récit en tant que citoyen du Crème siècle. Nous découvrons les rêves fondateurs d'une sociétéféodale devenant une nation. Remarquable !".
    Jean Rémi Barland:"Lire" (Juin 2003)
  • "Les sentiments s'expriment avec la précision d'une langue aimée. L'enjeu littéraire était considérable : il imposait une projection sans grimace d'époque. Pari tenu".
    Benoît Gousseau:"Politique Magazine" (Juin 2003)
  • "On découvre un Louis XIXI particulièrement lucideparticulièrementlucide qui prépare à la manière des grands visionnaires sa succession".
    Hubert Lemonnier:"La Presse de la Manche" (15 Juin 2003)
  • "Jamais Pierre Moustiers n'est allé aussi loin dans l'approche du mystère, du pardon, de l'abandon qui est l'essence même de la vie spirituelle et de la vie tout simplement".
    Jean Meyssignac:"France catholique" (20 Juin 2003)

Retour au menu
Demain, dès l'aube…

Inconsolable après la mort de sa fille, Maxime découvre, un an plus tard, la nature démoniaque de son gendre. Il décide, en conscience d'agir.
C'est un combat singulier, l'éternel combat du bien et du mal, que Pierre Moustiers nous conte avec une simplicité qui tient du mystère.
Alors qu'aujourd'hui la violence s'exaspère dans le monde, il croit encore à la victoire du bien.
Il l'exprime par ce roman où l'amour paternel et l'amitié s'unissent contre la folie de détruire et nous rappellent le bonheur de vivre.

En librairie le 3 février 2005
La revue de presse

- Jean Contrucci : "La provence" - 13 février 2005

- Patrick Lorenzini : "Nice-Matin" - 13 février 2005

- Bruno d'Epenoux : "Télé Z" - 14 février 2005

- François Billy : "Le Dauphiné Libéré" - 20 février 2005

- Maxime Romain : "La Marseillaise" - 13 février 2005

- Jérôme Garcin : "Le Nouvel Observateur" - 3 mars 2005

Retour au menu
L'avenir ne s'oublie pas


La revue de presse

- Philippe-Jean Catinchi : "Le Monde " - 9 juin 2006

- Jérôme Garcin : "Le Nouvel Observateur " - 11 au 17 mai 2006

Dédicace / Rencontre

- FUVEAU - Fête du livre "les écrivains en Provence"
2 et 3 septembre 2006 - Tél: 04 42 68 13 03

Retour au menu
Baptiste

Sortie le 15 janvier 2008

Extraits de presse

"Avec une grande pudeur et une délicatesse rare Pierre Moustiers montre quel sens a la vie quand elle est guidée par l'espérance"
- Jean Contrucci : "La Provence " - 19 janvier 2008

"Une grande leçon, illustrée par un livre d'une rare qualité"
- Bruno d'Epenoux : "Télé Z " - 21 janvier 2008

"En refermant ce roman, on sait que partout dans ce monde ingrat, des Baptiste Moustiers poursuivent l'œuvre de ce hussard noirs qui alphabétisaient les campagnes sous la IIIème République. On sait qu'ils complotent pour que l'humanité échappe à un retour de la barbarie. On sait qu'ils luttent contre l'autisme généralisé menaçant les futures générations. On sait que leur grande voix ne s'éteindra jamais"
- Bernard Oustrières - journaliste et romancier

Retour au menu
Demain, dès l'aube…

Inconsolable après la mort de sa fille, Maxime découvre, un an plus tard, la nature démoniaque de son gendre. Il décide, en conscience d'agir.
C'est un combat singulier, l'éternel combat du bien et du mal, que Pierre Moustiers nous conte avec une simplicité qui tient du mystère.
Alors qu'aujourd'hui la violence s'exaspère dans le monde, il croit encore à la victoire du bien.
Il l'exprime par ce roman où l'amour paternel et l'amitié s'unissent contre la folie de détruire et nous rappellent le bonheur de vivre.

En librairie le 3 février 2005
La revue de presse

- Jean Contrucci : "La provence" - 13 février 2005

- Patrick Lorenzini : "Nice-Matin" - 13 février 2005

- Bruno d'Epenoux : "Télé Z" - 14 février 2005

- François Billy : "Le Dauphiné Libéré" - 20 février 2005

- Maxime Romain : "La Marseillaise" - 13 février 2005

- Jérôme Garcin : "Le Nouvel Observateur" - 3 mars 2005

Retour au menu
Baptiste

Sortie le 15 janvier 2008

Extraits de presse

"Avec une grande pudeur et une délicatesse rare Pierre Moustiers montre quel sens a la vie quand elle est guidée par l'espérance"
- Jean Contrucci : "La Provence " - 19 janvier 2008

"Une grande leçon, illustrée par un livre d'une rare qualité"
- Bruno d'Epenoux : "Télé Z " - 21 janvier 2008

"En refermant ce roman, on sait que partout dans ce monde ingrat, des Baptiste Moustiers poursuivent l'œuvre de ce hussard noirs qui alphabétisaient les campagnes sous la IIIème République. On sait qu'ils complotent pour que l'humanité échappe à un retour de la barbarie. On sait qu'ils luttent contre l'autisme généralisé menaçant les futures générations. On sait que leur grande voix ne s'éteindra jamais"
- Bernard Oustrières - journaliste et romancier

Retour au menu
Héritier d'un seigneur

Élevé dans le respect et le commerce des arts, François apprend à la mort de son père que celui-ci fut le fils naturel d'un peintre de génie. Cette découverte trouble d'abord sa mémoire avant de changer son esprit, encouragé par la connivence secrète de Marguerite, sa mère. Aussi va-t-il voyager, s'éloigner de sa Provence natale, gagner l'Italie à cheval, puis l'Espagne et marcher de tableau en tableau, d'un chef d'œuvre à l'autre, sur les traces de son grand-père.
Une telle aventure, qui touche au mystère de l'héritage et de l'hérédité, trouve sa vérité dans ce cri de François:
«À vingt-trois ans, mon avenir se réveille.»

La revue de presse

L'emprise du regard
- Jean-Maurice de Montrémi : "Livre-Hebdo" - 23 avril 2010

A partir d'un thème sur la transmission qui aurait pu être crépusculaire, Moustiers dessine un horizon d'ocre et de lumière une ligne vibrante au sud de la jeunesse.
Moustiers nous rappelle que, par delà les générations, le souffle de certaines oeuvres est capable de contraindre ceux qu'il touche au dépassement
- Jean-guy Soumy : "Le Populaire du centre" - 7 mai 2010

Avec ce roman, Pierre Moustiers nous fait comprendre que nos racines familiales se truvent dans l'art, dans la culture, même si, pour bien des gens, cela reste inconscient.
- Roland Françoise : "A l'écoute des livres" - 17 mai 2010

Style, élégance ...peintre des mots, tel un impressioniste, Pierre Moustiers commet là une oeuvre de maturité sur l'héritage, la responsabilité et le devoir de transmission.
- Claudie Kibler Andreotti : "La Marseillaise" - 23 mai 2010

Le lecteur est heureux: élégance et lyrisme de l'écriture, rigueur et profondeur du récit, singularité du personnage...
- Bruno d'Epenoux : "Télé Z" - 24 mai 2010

Une aventure intérieur bouleversante.
- Thomas Guilbert : "Le Journal d'Elbeuf" - 28 mai 2010

Une quête toute stendhalienne du bonheur et selon un itinéraire que n'eût point désavoué le Hussard de Giono
- Michel Boissard : "La Gazette de Nimes" - 10 juin 2010

Refusant tous les effets faciles, Pierre Moustiers nous offre une aventure tenant du roman de chevalerie et de l'essaie philosophique.
Un beau livre ample et généreux.
- Jean-rémi Barland : "La Provence" - 13 juin 2010

L'auteur semble avancer au même rythme que son jeune cavalier à qui Pierre Moustiers a prêté sa plume en or.
- Jérôme Garcin : "Le Nouvel Observateur" - 17 juin 2010

Un roman plein de grâce où les arts et les sentiments se mélangent dans un harmonieux bouquet d'émotions
- Lyliane Mosca : "L'Est-Eclair" - 22 juin 2010

Pierre Moustiers a le don de rendre le passé présent et de restituer la complexité des émotions en usant d'un style sans fioritures
- Léon Pajon : "Arts Magazine" - 1er Juillet 2010

L'auteur est un narrateur né qui, loin de donner dans le roman d'époque, sait admirablement bâtir un récit moderne dont l'intrigue traverse l'histoire
- Benoît Gousseau : "Politique Magazine" - juillet-août 2010

L'intérêt de cet ouvrage réside dans la fascination et la vénération pour une oeuvre d'art. La capacité d'admirer est un état de grâce.
- Brigitte Clavel : "France Catholique" - 9 juillet 2010

Pierre Moustiers nous conduit aux sources de l'art et de l'hérédité. Et quand il parle de l'âme de la palette et du pouvoir de la couleur, il pourrait aussi bien évoquer l'écriture et l'étrange pouvoir des mots: ce beau roman en est une vivante illustration.
- Roger Bichelberger : "Le Républicain Lorrain" - 11 juillet 2010

Classique, direz-vous ? Certes, mais quel plaisir !
- Frédéric Valloire : "Valeurs actuelles" - 15 juillet 2010

Pierre Moustiers a réussi un très adroit et sensible plaidoyer pour l'artiste porteur de beauté et de sens.
- Yves Viollier : "La Vie" - 15 juillet 2010

- Comme son jeune héros, Pierre Moustiers se livre à un discret mais intense exercice d'admiration. Un roman exceptionnel !
François Billy : "Le dauphiné libéré" - 1er août 2010

Retour au menu